Si les Tahiti Ketch que l'on trouve dans les ports français sont tous originaires d'Aigues-Mortes, il s'en trouve beaucoup sur toutes les mers du monde mais qui n'ont de point commun que le plan d'origine, lui même inspiré des bateaux traditionnels méditerranéens.

John G. Hanna est " l'inventeur " du plan, un bateau pour les îles, pour une île, celle qui fit rêver Gauguin : Tahiti. C'est donc bien un bateau de voyage, à la coque pointue aux deux bouts, gréé en ketch et en cotre, grand-voile à corne et artimon marconi. C'était un plan traditionnel mais moderne pour l'époque (nous sommes en 1923, date du lancement du premier Tahiti Ketch nommé Neptune ). Son étrave bien défendue lui autorise les gros temps, et son arrière norvégien facilite la fuite lorsque la progression devient dangereuse. Un maître bau important permet la tenue d'une cape rassurante, secondé par un plan de voilure divisé, équilibré et raisonnable , offrant des possibilités de réglages multiples. Toutes ces raisons font que ce plan est rapidement adopté par de nombreux chantiers, et que plusieurs centaines de Tahiti Ketch naviguent sur toutes les mers et tous les océans du monde, dans des configurations diverses, et des matériaux de coque très différents : bois bien sûr, mais également acier et même ferro-ciment. Il y a un air de famille évident et de grandes similitudes avec l' " Alain Gerbault " du célèbre navigateur, mis à l'eau le 4 juin 1931.

suite